La distillation

Chaque distillation, est un moment unique, cet instant ou l’on recueille la « quintessence », ce que la plante nous offre de plus puissant et délicat : son huile essentielle et son cortège d’arômes. Mais avant d’en arriver à cette alchimie, nous nous sommes équipé d’un outil adapté et digne de ce qu’il va transformer !

D’abord nous avons installé et fait rénover un ancien vase en cuivre de 500 litres par un artisan-artiste du pays. Un second vase en Inox de 700 litres fonctionne également pour les huiles essentielles plus « agressives » telles que le thym thymol ou l’origan.. Ces alambics sont alimentés en vapeur d’eau par un générateur de vapeur qui fonctionne à l’énergie bois. La distillation s’effectue à basse pression (inférieure à 0,05 bar) et à basse température (inférieure à 100 °C dans la cuve) afin de ne pas altérer les molécules aromatiques.

La durée de distillation est adaptée à chaque plante. Elle doit être suffisamment longue pour obtenir l’ensemble des fractions dites de « tête » et de « queue ». Les rendements peuvent être très variables selon les plantes. Pour la lavande, 100kg donne environ 1litre d’huile essentielle. Mais une cuve de mélisse de 110kg ne donne que 0,025 litre ! Pour le thym sauvage, il faut minimum 5 jours à un cueilleur pour récolter la quantité nécessaire à la production d’un litre d’huile essentielle, soit environ 250kg.

Au cours d’une distillation, nous obtenons simultanément de l’huile essentielle et de l’eau florale ou hydrolat. Ce dernier doit être suffisamment concentré, c’est-à-dire que 100kg de plantes ne doivent pas produire plus de 100litres d’hydrolat. Certaines plantes sont distillées uniquement pour l’eau florale, tels que le bleuet, l’ortie, le plantain.